Nouvelle-Zélande : toujours plus de chats et de moins en moins d’oiseaux


Un fléau bien difficile à combattre. En Nouvelle-Zélande, la préservation des oiseaux se transforme en véritable lutte à cause de nombre d’espèces invasives qui font choter la population de volatiles. Outre les prédateurs « classiques » comme les rats et les opossums, les autorités néozélandaises sont confrontées à une invasion d’animaux beaucoup plus… domestiques : les chats. Selon le Wellington Stuff, 41 % des foyers néozélandais possèdent un chat domestique. À cela s’ajoutent les millions de chats sauvages dont la prolifération est incontrôlable et incontrôlée.

Les premières victimes de ce fléau sont les oiseaux, dont le précieux kiwi, symbole par excellence de la Nouvelle-Zélande. Selon The Guardian, vendredi 8 avril, les chats sauvages (parmi lesquels se glissent certainement quelques chats domestiqués) sont responsables de la mort d’au moins 1,12 million d’oiseaux chaque année. À cause de cela, certains espèces de volatiles sont menacées d’extinction.

Plus de nuisibles d’ici 2050 ?

Ce problème n’est pas nouveau puisque l’un des cas d’extinction les plus marquants remonte à la fin du XIXe siècle. Les derniers troglodytes de Stephens Island ont ainsi été tués par le chat d’un gardien de phare en 1894. L’espèce disparue a été rebaptisée les troglodytes de Lyall, du nom du gardien du phare justement.

À LIRE AUSSIPlus de 150 000 espèces animales et végétales ont disparu depuis l’an 1500

Mais récemment, collectifs et associations de protection ont commencé à réfléchir à des solutions pour empêcher les chats sauvages de proliférer et de tuer toujours plus d’oiseaux. En 2016, un projet de loi radical avait même été mis sur la table: que tout soit mis en œuvre pour que les nuisibles (rats comme chats sauvages) soient éradiqués de l’archipel d’ici 2050. Mais les amoureux des chats ont fait barrage

Pour l’heure, aucune solution concrète n’a donc été mise en place. Mais la SPCA, association nationale de protection des animaux, milite pour encadrer la stérilisation des chats domestiques.


Leave a Comment