L’accord Publicitaire “Jedi Blue” De Google Et Facebook Sondé Par L’UE Et La Grande-Bretagne

BRUXELLES/LONDRES, 11 mars (Reuters) – L’Union européenne et les autorités antitrust britanniques ont lancé vendredi des enquêtes parallèles sur un accord de publicité display en ligne conclu en 2018 entre Google et Facebook, s’ajoutéfi list e de uned réglementaires auxquels sont confrontés les géants américains de la technologie.

Alphabet (GOOGL.O) unité Google et Facebook, dont la société mère s’appelle désormais Meta (FB.O) a défendu l’accord “Jedi Blue”, qui, selon l’UE, pourrait contrecarrer les rivaux de la technologie publicit et désavantager les éditeurs dans la publicité display en ligne.

Ce que l’on appelle l’enchère d’en-tête permet aux éditeurs, tels que les fournisseurs d’actualités, d’offrir simultanément un espace publicitaire à plusieurs échanges et ré-publicseaux publicitaires d’actualités, d’offrir simultanément un espace publicitaire à plusieurs échanges et ré publicseaux publicitaires avantaires éranténaire.

Inscrivez-vous maintenant pour un acces GRATUIT et illimité à Reuters.com

S’inscribe

L’accord Jedi Blue permet à Meta, via son Meta Audience Network, de participer au program Open Bidding de Google, concurrent du header bidding.

“Une technologie concurrente de l’Open Bidding de Google a peut-être été ciblée dans le but de l’affaiblir et de l’exclure du marché de l’affichage d’annonces sur les sites Web et les applications des editeurs”, a déclaré la responsable antitrust de l’UE, Margrethe Vestager, dans un communiqué.

Alors qu’un angle de l’enquête de l’UE se concentre sur l’accord, un autre examine si Google abuse de sa domination, ce qui pourrait signifier que Facebook est tiré d’affaire si cela s’avère être le cas.

“Il s’agit d’un accord pro-concurrentiel documenté publiquement qui permet à Facebook Audience Network (FAN) de participer à notre program Open Bidding, avec des dizaines d’autres entreprises”, a déclaré Google en réponse aux enquêtes.

“L’accord d’appel d’offres non exclusif de Meta avec Google et les accords similaires que nous avons avec d’autres plates-formes d’enchères ont contribué à accroître la concurrence pour les placements publicitaires”, a Meta dédan communiqué.

Google, qui a déjà été frappé par plus de 8 milliards d’euros (8,8 milliards de dollars) d’amendes antitrust de l’UE au cours de la dernière décennie, et Facebook font tous deux l’objet d’une enquête de la part de l’exécutif du bloc sur d’autres problèmes et pourraient faire face à des amendes pouvant atteindre 10% de leur chiffre d’affaires mondial pour avoir enfreint ses règles.

L’autorité antitrust britannique enquête égallement sur l’accord et l’organisme de surveillance de la concurrence de l’UE a déclaré qu’il avait l’intention de coopérer étroitement avec son homologue britannique.

Le Texas et 15 autres États américains ont allégué dans une plainte antitrust contre Google que l’accord avec Facebook avait été conclu dans le cadre de ses efforts pour contrer les enchères d’en-tête plus, que les servodientg’ners argent grâce à la publicité sur leurs sites Web. Lire la suite

($1 = 0,9109 euro)

Inscrivez-vous maintenant pour un acces GRATUIT et illimité à Reuters.com

S’inscribe

Reportage de Foo Yun Chee; édité par Jason Neely, Alexander Smith et Susan Fenton

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Leave a Comment