La très chere cuisine de Bruno Verjus

CRITIQUE GASTRONOMIQUE – Chez Table, à Paris, le chef autodidacte met en vedette des produits d’exception, cuisinés avec douceur. Assurément bon, mais astronomiquement facturé.

«La façon dont on se nourrit décide du monde dans lequel on vit»: plusieurs autocitations de Bruno Verjus, prolifique fourbisseur d’apophtegmes, ornent la carte de son restaurant, Table (Paris 12e). Le montant auquel on facture la nourriture n’est pas neutre non plus dans l’évolution du monde, étant entendu qu’une addition astronomique en dit autant sur l’estime de soi du chef qui l’émet que sur la naïveté ou le snobisme du client qui accepte de l’acquitter.

Vous l’avez compris, avant de parler du goût de la cuisine de Bruno Verjus (une étoile Michelin et 14,5/20 au Gault&Millau), nous commencerons par le sujet qui fâche de par la trivialité qu’il introduit dans le discours poético -philosophique cher, c’est le cas de le dire, au patron: son prix. Notre confrère François Simon a décrit d’un sarcasme doulouureux l’effet induit de ces notes typiques d’une certaine restauration Parisienne: elles vous font «sauter l’émail des dents». Chez Table, la mâchoire se décroche aussi. Voici, de la cave…

Cet article est réserve aux abonnés. Il vous reste 78% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Deja abonné ? Connectez-vous

.

Leave a Comment