La chenille processionnaire est arrivée avec le printemps, à Moulins (Allier), des chiens ont déjà été touchés

« Mon chien était allongé, il ne bougeait plus », explique Dorothée, Moulinoise et proprietaire de Gulliver, un cocker de dix ans. Après un appel à la vétérinaire, elle constate que son animal de compagnie a la langue gonflée. Pour le docteur Carole Vialtelle basée à Moulins, il s’agit soit d’une morsure de vipère, soit le résultat des poils urticants d’une chenille processionnaire. Et en effet, Dorothée a pu vérifier la présence de cocons trônant sur les pins présents dans le jardin o jouait son chien.
Chaque année, au printemps, quand les températures deviennent optimales pour elle, la chenille processionnaire fait son retour, et avec lui son lot de malheureux qui s’y frottent.
Les humins peuvent se brûler les mains ou être en proie à des conjonctivites, et de graves crises allergiques, mais les plus touchés restent les animaux, et notamment les chiens.
Un cocon de chenilles processionnaires (Photo d’illustration Stéphanie Ferrer)

Le plus souvent les cas sont bénins, avec des petits ulcères à la langue, mais il arrive aussi que les animaux soient victimes de nécroses, de vomissements, de difficultés à respirer, d’irritations des muqueuses en en core de act chocs.
Pour les praticiens de Moulins, ces cas graves sont relativement rares. Laurette Bichet, assistante du Dr Staiger à Neuvy n’en a pas encore vu cette année, et elle se souvient d’un seul cas l’année dernière, « un husky qui faisait des concours de beauté ».
Le docteur Florian Bouvot, lui, a soigné cinq ou six chiens atteints par les poils urticants des chenilles en 2021, « des cas pas très graves, et aucun pour le moment cette année ». Selon le vétérinaire, installé dans la ville préfecture de l’Allier depuis une quinzaine d’années, le nombre de cas a fortement diminué depuis son arrivée. « Le réchauffement climatique, qui nous a amené les chenilles, semble aussi nous en débarrasser. Les pins supportent mal la sécheresse qui arrive dans nos territoires depuis plusieurs années. Peu de ces arbres survivent. Les chenilles ont donc de moins en moins d’habitats disponibles. »

Avec le redoux, les chenilles processionnaires font leur retour dans le bassin montluçonnais (Allier), publié le 11/03/2022

« On n’aura pas tout perdu », ironise le vétérinaire, pour qui les chenilles processionnaires sont une vraie plaie. « Elles résistent à tous les pesticides. Pour s’en débarrasser, une seule solution : le lance-flammes. Et aussi les pièges », tempère-t-il.
Piège à chenilles processionnaires a Yzeure (Photo d’archive Philippe Bigard)

Pour lui, la meilleure chose à faire est encore d’éloigner ses animaux des pins, car une fois touchés par les poils urticants, les traitements sont lourds pour les animaux.

Des traitements lords

Une information que confirme le docteur Vialtelle, qui s’occupe de Gulliver, l’un des premiers chiens touchés de l’année.

« La première chose à faire est de rincer la gueule du chien pour retirer les poils urticants. Le proprietaire peut commencer à réaliser cette opération lui-même, en faisant très attention à ne pas les toucher directement.” Il faut ensuite amener son animal chez le vétérinaire, afin qu’il lui administre de puissants antidouleurs. Suivant les cas, des soins locaux sont menés, et des pansements gastriques sont donnés pour protéger l’œsophage et le tube digestif du chien. Les vétérinaires administrent aussi des antibiotiques pour éviter les surinfections.
Pour Dorothée, la proprietaire de Gulliver, l’expérience s’avère assez traumatisante.

Depuis une semaine, je nourris mon chien à la cuillère.

Dorothee (proprietaire de Gulliver)

« Au début il ne voulait même pas manger, il était perfusé. Maintenant il mange, mais sa langue est nécrosée, elle émet une odeur atroce, il faudra certainement lui en retirer un morceau. On a eu très peur, l’euthanasie a même été envisagée. » Si Gulliver n’est pas encore sorti d’affaire, le docteur Vialtelle se montre plus optimiste depuis que l’animal a retrouvé l’appétit.

Emeric Enaud

.

Leave a Comment